Et si avant de voter on réfléchissait ?

  • Annidée
  • info
Et si avant de voter on réfléchissait ?

LA SOURCE DU MAL: le front national

l’Ordre nouveau fédère, à partir de 1969, d’anciens SS, des nostalgiques du régime de Vichy ou encore d’anciens militants de l’Algérie française.

En 1981, JM Le Pen tente de se présenter à l’élection présidentielle. Mais il ne parvient pas à recueillir les 500 parrainages d’élus nécessaires, condition obligatoire pour se lancer dans la campagne électorale.Cette année-là, le parti compterait moins de 300 adhérents.

Après les législatives de 1981, ils ont idée de créer une manifestation "bleu blanc, rouge" présentée comme la «contre-fête de l’Humanité» . Une manière de renflouer les caisses du parti d’extrême droite et de lui donner «un visage plus avenant, familial et pourquoi pas festif», souligne Valérie Igounet (historienne française, spécialiste du négationnisme et de l'extrême droite en France).

Le 13 septembre 1981, la première édition attire 3 000 participants. Ce rassemblement fait parler de lui plus deux ans plus tard, en 1983, lorsque des ouvrages négationnistes et antisémites sont notamment proposés à la vente.

Invité sur RTL, JM Le Pen évoque les chambres à gaz utilisées par les nazis. «Je n'ai pas étudié spécialement la question, mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale», affirme-t-il alors.

Un dérapage qui déclenche un tollé général, et un procès. Jean-Marie Le Pen est condamné le 18 décembre 1991 par la cour d'appel de Versailles pour «banalisation de crimes contre l'humanité» et «consentement à l'horrible».

Aujourd"hui:

Le Front national est rattrapé par ses vieux démons

France

Des déclarations négationnistes ont refait surface et la justice s'intéresse à des propos haineux postés sur les comptes Facebook de cadres du parti. Dans le sprint final, le parti d'extrême droite n’a pas réussi à rompre avec son passé.

source:https://www.letemps.ch/node/1045779

µµµµµ

Mr macron, sans jamais avoir été candidat ou élu à une quelconque élection, il s’est hissé le 23 avril en tête du premier tour de l’élection présidentielle. En un an, l’ancien conseiller du président actuel F.Hollande ; il a construit un mouvement politique à son service, s’entourant d’une équipe de fidèles qui ont, pour beaucoup, adopté son credo « ni de droite ni de gauche » transformé en cours de campagne « et de droite et de gauche ».

Amis de longue date avec des technocrates rencontrés à Bercy quand il était ministre de l’économie, politiques chevronnés ou « marcheurs » issus de la société civile, le noyau de l’équipe de campagne d’en marche ! ressemble beaucoup au candidat. Ce sont souvent des hommes, trentenaires ou quadragénaires, sortis de grandes écoles, comme l’ENA ou Sciences Po –  établissements qu'il a fréquentés.

source:http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/05/02/qui-sont-les-trente-proches-d-emmanuel-macron-qui-comptent-au-sein-d-en-marche_5121041_4355770.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
La Hurlette@2017 -  Hébergé par Overblog